Menu

Alcool au volant : Quelles infractions ?

Les lois françaises encadrent strictement la consommation de l’alcool au volant. Une personne qui a consommé de l’alcool et qui conduit un véhicule est entrain de commettre une infraction considérée criminelle quand le taux d’alcool dans le sang (nommée alcoolémie) est supérieur à 0.8 grammes par litre de sang. Le conducteur peut être accusé d’une infraction dès qu’il dépasse la limite, même s’il ne montre aucun signe d’ivresse et que l’alcool n’affecte pas encore sa manière de conduire et sa réaction envers les obstacles.
Le contrat d’assurance peut être affecté par ce comportement qui peut affecter et conduire à l’annulation du permis de conduire, voire la résiliation du contrat d’assurance.
Comment ça marche ?
Une personne commet aussi une infraction criminelle lorsqu’elle conduit alors que sa capacité de conduire est diminuée par l’alcool, la drogue incluant un médicament ou toute autre manière analogue qui peut aussi être une combinaison des deux. On parle alors de conduite avec facultés affaiblies.
Dans ce cas, la quantité d’alcool consommée n’est pas décisive. Pour cette infraction, c’est plutôt la capacité de conduire qui est en jeu.
Une personne peut donc avoir seulement 50 mg d’alcool par 100 ml de sang et ne pas être en état de conduire, cela varie d’une personne à une autre et son addiction à ces matières. Même la fatigue ou le stress, combinés à l’alcool ou à une drogue, peuvent diminuer la capacité de conduire au point de rendre le comportement illégal. Rendez-vous sur www.assurance-alcoolemie.fr, pour plus d’informations sur l’alcoolémie ainsi que ses conséquences.
Après un contrôle de dépistage, les sanctions peuvent être lourdes, qui varient entre des peines pécuniaires et une extraction des points du permis de conduire comme par exemple une amende de 135 euros pour une personne contrôlée avec un taux compris entre 0.5 et 0.8 grammes par litres et un retrait de 6 points sur son permis de conduire.

Devis Auto en ligne

assurance auto résiliée